WordPress
ALEXIS HAZARD

ALEXIS HAZARD

Itinéraire d’un enfant de la balle …

Ce n’est pas par hasard que l’on devient magicien… c’est sans doute pour cela qu’Alexis Hazard a choisi ce nom d’artiste.

Alexis Hazard  : « Je suis né dedans, tout petit je cherchais déjà dans la malle de mon grand-père les outils et accessoires nécessaires pour cette magie, c’est à l’âge de 15 ans que j’ai réalisé mon premier spectacle. Mes parents ont d’abord souhaité que je fasse des études, j’ai donc passé mon bac, continué mes études supérieures tout en faisant des spectacles… »

Une magie qui s’est transmise de père en fils.

Tout à commencé de son grand-père paternel, Alphonse, ajusteur-mécanicien, d’Auchy-les-Mines dans les années 40, qui ne rêve que de magie. Il décida dans les années 50 de tourner le dos à son métier et se lance en tant qu’artiste. Il surprend son public en fabriquant ses propres tours de magie très impressionnant pour l’époque. Très vite accompagné de sa grand-mère, Marie dit Nadia Petrovna, ils parcourent l’Europe en présentant leurs spectacles. Ils donnent du rêve aux spectateurs avec de la magie et de la grande illusion, notamment pour les soldats Français en Allemagne.

Depuis ce temps, cette magie opère et reste en famille. Ils transmettent ensuite leur passion à leur fils Jean-Luc dit Pedro de la Mala, qui désire reprendre le flambeau avec sa partenaire et compagne Christine. Puis, l’ainé d’une fratrie de 3 garçons, Alexis suivie de Mathias et Julien.

Les premières scènes

A 15 ans, Alexis se présente à son premier concours de magie, catégorie jeune talent, il a monté seul un numéro de 5 minutes, répète des mois durant. Apres l’audition, le jury décide de l’accepter au concours en catégorie adulte. Il remportera le 1er prix.

Tout est lancé, la passion devient dévorante et l’adolescent s’imagine déjà dans les plus grands théâtres du monde entier. Il travaille ses numéros avec détermination, tout en continuant ses études. Il sera plus tard diplômé d’un école de commerce de Lille.

Je suis né à Armentières, j’y habite et y travaille mes numéros. Mais venir en résidence permet de sortir du cadre, de répéter et d’innover certains de mes numéros de magie. Je pense que je renouvellerai cette expérience

– En 2012, il y a eu la traversée du mur de la coupole d’HelfautAujourd’hui quels sont vos nouveaux projets ?

AH  : « Réaliser des choses simples est parfois bien plus difficile à réaliser et à réussir. Aujourd’hui, mon projet est de réussir mon spectacle « Illusion(s) » qui sera fait de numéros simples avec un retour dans le passé, l’histoire de mon grand-père, mes parents. C’est aussi donner de l’humour, mettre de la poésie dans mes spectacles. Un magicien est un comédien qui joue le rôle d’un magicien. Aujourd’hui, à la veille de la quarantaine, la magie m’a amené à être comédien ».

L’histoire commence un matin de Décembre. Alexis voit le jour dans le Nord de la France. Il est le premier enfant d’un couple de magiciens, Pedro et Christine de la Mala, qui ont décide de poser leur valise après des années de tournées.

L’illusionniste Phalseno et la Medium Nadia Petrovna accourent très vite accueillir leur petit-fils. Autant de magie autour du berceau. Le nouveau-né n’échappera pas au virus du spectacle.